logoudaf

C'est le but fondamental de l'UDAF, que l'on retrouve dans les missions confiées par la loi aux UDAF.


S'il n'y a pas de contestation sur le rôle légal de représentativité des UDAF, la question de la légitimité est toujours ouverte, car d'autres réseaux associatifs sont impliqués dans l'approche des familles.


L'évolution des textes ensuite, avec notamment la loi du 11 juillet 1975, a ouvert l'institution aux différentes associations ayant un but ou un recrutement spécialisé. Elle a permis une évolution permanente de l'UNAF et des UDAF pour qu'elles puissent être en phase avec l'expression des besoins de toutes les familles, ouvrant les associations familiales à toutes les formes de filiation. Ainsi, la réflexion est et doit rester, permanente pour accroître la représentativité de l'institution et, entre autre, en nouant des contacts avec des réseaux associatifs qui n'entrent pas dans le champ du Code de l'action sociale et de la famille, mais qui montrent chaque jour leur engagement auprès des familles.


Les positions de l'UDAF peuvent donc s'appuyer sur un réseau plus large que les 7 000 familles adhérentes aux associations. Toutefois, lorsque l'UDAF est amenée à arrêter une position sur un sujet précis, seul le conseil d'administration est habilité à la formaliser. La composition du conseil d'administration pour moitié de membres désignés et pour l'autre de membres élus par l'assembée générale, permet déjà un débat entre des philosophies diverses devant aboutir à une position commune au nom de l'UDAF. Mais l'UDAF doit développer des modes de consultations plus élargis en direction des associations familiales, et des différents partenaires regroupant des familles.


Les commissions internes peuvent être un lieu de débat et de mise en forme des modalités concrètes de fonctionnement de la consultation en arrêtant la formulation des questions posées, et le champ de diffusion de ces questions. Ces commissions peuvent ensuite exploiter les résultats des consultations, pour transmettre au conseil d'administration une étude éclairée. A terme, ces modalités de recueil des positions des familles du département pourront être complétées par un « observatoire de la vie familiale », mais la véritable force des propositions de l'institution doit résider dans les débats qui ont fait cheminer la réflexion.


Il appartient ensuite au conseil d'administration de formaliser la position de l'institution et d'en assurer la notoriété en s'appuyant sur les missions légales de « donner un avis aux pouvoirs publics » et de « représenter les familles », ou de développer des actions concrètes pour les familles du département.



Donner son avis aux pouvoirs publics


Représenter officiellement les familles auprès des pouvoirs publics


©2018    |    contact   |    mentions légales    |    plan du site