logoudaf
EDITO

Bonjour à toutes et à tous,

Voici le numéro 25 de notre incontournable lettre « Energie Familles », premier numéro de l’année 2021.
Une année qui a commencé malheureusement sous les mêmes auspices que la précédente. C’est ainsi que vous retrouverez dans cette lettre électronique des références à la situation sanitaire, à travers une enquête « santé » que nous menons avec nos collègues des Udaf de la région mais également dans la restitution des échanges que nous avons pu avoir avec les parlementaires drômois, avec qui nous sommes largement revenus sur l’enquête « confinement/déconfinement » que nous vous présentions dans le numéro de décembre.
Vous découvrirez qu’en dépit des difficultés actuelles, notre institution et son incroyable réseau demeurent actifs, attentifs aux familles, force de propositions et porteurs d’actions concrètes : formation des représentants en CCAS, émission de radio « parentalité mon amour », mais également « la baroulade » de la fédération ADMR et un passage de relais réussi au sein de l'association "Un enfant une famille" sur les questions de parrainage de proximité.
Enfin, nous sommes heureux de vous faire découvrir les résultats d’une étude nationale évaluant les impacts socio-économiques de la protection juridique des majeurs par des mandataires professionnels, qui a la particularité de porter sur cette politique sociale que nous mettons en œuvre un regard non plus par le prisme de ce qu’elle coûte mais par celui des économies qu’elle génère voire dans certain cas de ce qu’elle rapporte.
Je vous souhaite une bonne lecture.

/Sylvie Reverbel, Présidente de l'Udaf



Enquête "Impact de la Covid-19 sur la santé des habitants"

L’Udaf de la Drôme propose une enquête initiée par l'Udaf de la Savoie, en partenariat avec l’ARS (Agence Régionale de Santé) et la CRSA (Conférence Régionale de Santé et d'Autonomie) : « Les impacts de la covid-19 sur la santé des habitants de la région Auvergne-Rhône-Alpes ».

L’objectif de cette enquête est de mesurer les conséquences de la crise sanitaire sur la santé physique et psychique, sur l’accès au soin et sur l’hygiène de vie auprès des habitants de la Drôme.
Les données ainsi récoltées seront utiles aux représentants familiaux dans leurs missions de représentation des familles et permettront une analyse à l’échelon régional.

Nous vous remercions de bien vouloir consacrer quelques minutes à ce questionnaire et à sa diffusion auprès de votre réseau et du grand public.
Lien vers le questionnaire : cliquez ici
La date limite est fixée au 12 avril 2021.

Les résultats traités et analysés seront communiqués au mois de juin.


Formation des délégués familiaux en CCAS

L’Udaf de la Drôme, dans sa mission légale de représentation familiale, porte la voix des familles dans plus de 70 instances locales et départementales dans des domaines variés : la santé, le handicap, le logement notamment.
C’est à ce titre qu’un représentant familial siège de droit dans le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) des communes de plus de 1500 habitants. Pour mémoire, les CCAS ne sont plus obligatoires dans les communes de moins de 1500 habitant depuis 2015 (loi NOTRe).
Afin d’accompagner les représentants familiaux dans leurs missions, nous leur avons proposé une formation à distance en partenariat avec l’Udaf de l’Isère. Ces deux journées de formation animées par Frédéric Duriez (de l’Unafor, Centre de Formation de l’Unaf) ont réuni une soixantaine de représentants en CCAS.
Nous avons notamment abordé les champs d’intervention d’un CCAS (compétences légales et facultatives), l’ABS (Analyse des Besoins Sociaux) document de synthèse et de travail, véritable feuille de route du CCAS pour le mandat et le règlement intérieur, document incontournable qui fixe le cadre d’intervention. Ce fut l’occasion également pour les représentants familiaux de partager leurs expériences et les initiatives locales innovantes et génératrices de lien social (tels que les jardins familiaux, les épiceries sociales, des ateliers cuisine…).



Emission Radio "Parentalité mon amour" - L’école autrement

La dernière émission « Parentalité mon amour » du mercredi 3 février a traité de "l’école autrement".

Elle a donné la parole à :
- Laura Chemin, une mère de jeunes enfants pour qui elle a choisi l’instruction en famille ;
- la responsable du CIO de Valence, Lucie Doisneau, qui aborde la question des plus âgés qui décrochent, et notamment de l’Ecole de la 2ème chance, de la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire, du dispositif relais pour les collégiens, de la plateforme de raccrochage… ;
- la présidente de l’AFEP (Association Française des Enfants Précoces), Séverine Dumery, association qui peut accompagner notamment l’instruction en famille.

Cette émission est animée par Radio Méga et préparée par les services de la CAF et de l’Udaf dans le cadre du réseau parentalité REAAP.
Vous pouvez retrouver les podcasts des autres thématiques abordées précédemment en cliquant ici.

Les prochaines émissions auront lieu les :
- 31 mars sur le numérique en famille ;
- 9 juin sur la culture comme vecteur d'émancipation.



Retours des formations "Accompagner les parents d’ados à l’ère du numérique"

Les Udaf et les dispositifs Promeneurs du Net de la Drôme et de l’Ardèche vous ont proposé en février et mars 2021 des formations/échanges d’expériences autour du sujet « Accompagner les parents d’ados à l’ère du numérique ».

Environ 80 personnes y ont participé, professionnels et bénévoles, qui accueillent et accompagnent des ados et leurs familles notamment sur cette question des écrans.

Elles ont eu lieu en trois lieux : Tain-l'Hermitage, Viviers et Bourg de Péage à la MFR de Mondy.

Elles ont permis notamment de vous présenter des supports et ressources pour enclencher des échanges avec les familles : une expo sur les vraies-fausses informations, un jeu de plateau Médiasphère, un échange de pratiques par "groupe d'interview mutuel" sur des situations qui posent problème.

Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces outils en cliquant ici.



Rencontre des Parlementaires

L’Udaf de la Drôme, dans sa mission légale de « donner avis aux pouvoirs publics sur les politiques familiales », a invité les Parlementaires vendredi 5 mars pour échanger avec eux sur l'impact de la crise sanitaire sur les familles, s'appuyant sur une enquête confinement/déconfinement réalisée auprès de son réseau d'associations familiales.
Accompagnée de deux administrateurs, nous avons reçu la Députée Emmanuelle Anthoine et les collaboratrices de Mireille Clapot, Célia de Lavergne, Gilbert Bouchet et Bernard Buis pour évoquer notamment les incidences de cette crise sur la dynamique associative mais également sur les questions de parentalité et du budget des familles. Des préconisations ont été formulées par le réseau familial sur ces différents sujets.
Les associations du réseau ont fait remonter leur nécessaire adaptabilité au regard du contexte pour maintenir les services aux familles et proposer des actions de solidarité auprès des plus démunis ou des plus isolés. Mais elles ont également pointé leurs difficultés pour y faire face : gestion de l’emploi, mobilisation des bénévoles, distanciel et équipement informatique, prise en compte des consignes gouvernementales pour l’accueil du public...
Il est nécessaire de pouvoir soutenir cette dynamique associative qui permet entraide et solidarité, complémentaires à l'action des pouvoirs publics. Au-delà du maintien des subventions et d’un appui au fonctionnement, il pourrait être important de valoriser davantage l'engagement des bénévoles via le "Compte Engagement Citoyen" par exemple. Il permet de transformer leurs heures de bénévolat en crédit formation, en abaissant le seuil aujourd’hui fixé à 200 heures annuelles.
Sur les questions de parentalité ont été évoquées notamment les rôles multiples qu’ont dû assurer les parents notamment pendant le confinement et le lien nécessaire à renforcer entre les familles et les équipes enseignantes.
Afin de faire face à l'épuisement parental, il pourrait être important d’envisager le remboursement de consultations quand un soutien psychologique est nécessaire auprès des enfants ou des parents. La CAF et l’Udaf ont également enclenchée une démarche autour du répit familial à expérimenter et soutenir dans le temps.
Une aide aux familles à l'équipement informatique devrait être également mise en place pour limiter la fracture numérique dans le cadre de la scolarité des enfants.
D’autre part, la formation des enseignants devrait être renforcée par rapport à l'enseignement à distance pour éviter le décrochage de certains élèves qui ne peuvent être accompagnés de leurs parents à la maison.
Concernant le budget des familles, une révision des seuils des allocations devrait être envisagée afin d’épauler certains foyers dont les ressources ont fortement baissé avec la crise (perte d’emploi, chômage partiel…) alors que les postes de dépense ont augmenté (alimentation quand la cantine n’était plus possible, équipement numérique...).
La prise en charge du coût des masques devrait être également mise en place pour les enfants des familles les plus en difficulté.
Pour ce qui est des services assurés par l’Udaf auprès des familles, l’accompagnement des Points Conseils Budget (PCB) devrait être pérennisé comme un outil utile de prévention dans ces temps de difficultés financières pour certaines d'entre elles.
D’autre part, les administrateurs pointent l'intérêt des mesures d’Aide à la Gestion du Budget des Familles (AGBF) en parallèle à tout accompagnement éducatif nécessaire à certaines familles relevant du champ de la protection de l’enfance. C’est une disposition qui devrait être soutenue par les pouvoirs publics.
Au terme de cet échange, nous avons insisté auprès des Parlementaires et de leurs collaborateurs pour que ces différents sujets puissent être relayés et pris en compte au niveau national.

/ Sylvie Reverbel, Présidente de l'Udaf




Dispositif "La Baroulade des aidants" proposé par la Fédération des ADMR

En France, ils sont 11 millions d’aidants à prendre soin d’un membre de leur famille en situation de dépendance à domicile en raison de la maladie ou du handicap.
Prendre du répit est un besoin essentiel pour l’aidant familial afin d’éviter l’épuisement physique et psychologique.
Pour les soutenir, la fédération ADMR de la Drôme en lien avec les associations locales a ouvert son service d’aide aux aidants « La Baroulade des aidants » permettant à tous les aidants d’être relayés de plusieurs heures à plusieurs jours consécutifs et de se retrouver avec son proche aidé par un accompagnement individualisé lors de sorties ou par une activité physique adaptée avec plusieurs duos aidants-aidés. Des bénévoles formés peuvent également être source d’écoute, de conseils et d’orientation.
Pour toutes demande d’informations, vous pouvez contactez, la chargée de développement du service d'aide aux aidants "La Baroulade des aidants", Madame Vallet Justine, au 04 75 84 27 02 ou par mail à l'adresse suivante : jvallet@admr26.fr  



Passage de relais réussi au sein de l’association "Un Enfant Une Famille 26-07"

Le 24 mars 2021 s'est tenue l'Assemblée Générale de l'association "Un Enfant, Une Famille Drôme Ardèche", association pour le parrainage de proximité.
Dans les locaux de l'Udaf, en présence de la CAF, d'une administratrice et services de l'Udaf et de la mairie de Valence, les participants ont pu revenir sur cette année si particulière, mais pendant laquelle l'association a malgré tout pu maintenir le lien avec les familles et mettre en place de nouveaux parrainages d'enfants.
C'est avec espoir et confiance que Jean GIROLET, président depuis 2012, a passé le relais de la présidence de l'association à Emily BONFORT, administratrice.
Pour tout renseignement sur le parrainage de proximité en Drôme Ardèche, vous pouvez contacter l'association au 06 51 31 02 31, ou par mail à unenfantunefamille26.07@gmail.com.

/Emily Bonfort, nouvelle Présidente de l'association



Informations Mutualité Sociale Agricole (MSA)

1- Action proposée par la MSA Ardèche Drôme Loire, en mars et avril 2021
Ateliers Vitalité en ligne pour améliorer votre qualité de vie et préserver votre capital santé, ouverts à tous, population agricole et non agricole.
Vous vous posez certainement des questions sur comment rester le plus longtemps en bonne santé. Dès aujourd’hui, vous pouvez participer gratuitement à une session d’ateliers de prévention : les Ateliers Vitalité.
Ces Ateliers Vitalité s’adressent à toute personne souhaitant, dès 55 ans, entretenir sa forme et adopter les bons comportements pour une retraite équilibrée.
En cette période si particulière liée à la pandémie de COVID-19, vos habitudes de vie ont très certainement été chamboulées occasionnant des situations ou événements favorisant l’anxiété au quotidien.
Pour vous donner quelques clés pour mieux gérer cette situation, la MSA Ardèche Drôme Loire vous propose de participer, depuis chez vous, à des ateliers collectifs de prévention.
Chaque atelier est composé de 2 à 3 modules (1h30 chacun) qui seront organisés tous les 3 jours sur 2 semaines.
Chaque module sera réalisé à distance sous la forme d’une « classe virtuelle ». Il vous sera ainsi possible d’échanger sur vos expériences avec d’autres participants. Chaque module est organisé avec au maximum 10 participants.
Des ateliers sont programmés en mars et avril 2021.
Pour vous y inscrire, il vous suffit de compléter le formulaire disponible sur le site MSA Ardèche Drôme Loire : ardechedromeloire.msa.fr.
Un mail de convocation vous sera ensuite adressé pour vous permettre de vous connecter le jour J.


2- Conseils de la MSA Ardèche Drôme Loire "Télétravail - mon bureau à la maison"

Depuis le début de la crise sanitaire, les salariés (en raison du télétravail) passent de plus en plus de temps devant leurs écrans à leur domicile. La posture dans cette situation de travail est essentielle.
Aussi, vous trouverez ci-dessous quelques conseils ergonomiques du service « Santé Sécurité au Travail  de la MSA ADL » pour :
- bien vous installer face à un écran,
- éviter les maux de dos, les douleurs cervicales ou la fatigue visuelle.
Vous pouvez télécharger le flyer : télétravail - les bonnes postures, les bons conseils.
Vous pouvez consulter en complément une vidéo «Télétravail : mon bureau à la maison» disponible en bas à droite de la page d’accueil du site internet de la MSA Ardèche Drôme Loire
Très bonne utilisation.

3- Aide de la MSA Ardèche Drôme Loire "Prêt à 0 % pour les jeunes de 16 à 30 ans"
Objectifs :
• Favoriser l’insertion des jeunes dans la vie active (emploi, logement, mobilité),
• Accompagner les jeunes couples.

Bénéficiaires :
• Les particuliers de 16 à 30 ans.

Typologie de prêts :
• Aide à la mobilité : permis de conduire, acquisition d’un véhicule (devis d’un garagiste),
• Entrée dans un logement (caution, frais de compteurs, loyer),
• Prêt poursuite d’études (ou reprise d’études),
• Aide aux jeunes foyers (équipement ménager ou mobilier de première nécessité, devis d’un magasin). La MSA se réserve le droit de refuser un prêt selon le type de matériel acheté ou d’en réduire le montant,
• Adaptation du logement.

Conditions d’attribution :
• Justifier d’une durée d’adhésion au régime agricole d’au moins 6 mois sur les 18 mois précédant la demande de prêt, en tant qu’ayant droit ou ouvrant droit.

Modalités d’attribution et de versement :
• Le prêt est accordé sans intérêt,
• La première mensualité est exigible à partir du premier mois qui suit le versement du prêt,
• Le prêt est remboursable en 30 mensualités maximum,
• Le prélèvement automatique à date fixe sera exigé,
• Le bénéficiaire du prêt a l’obligation de produire un cautionnement,
• Un deuxième prêt jeune ne peut être accordé avant que le précédent n’ait été soldé,
• Aucun prêt ne pourra être accordé si le demandeur fait l’objet d’une procédure contentieuse auprès de la MSA.

Montant du prêt :
Le prêt peut atteindre 90% de la dépense engagée dans la limite d’un montant de prêt de 4 500 € maximum.

/ Brigitte Ménétrieux, administratrice Udaf et représentante à la MSA



Enquête Mona Lisa auprès des séniors

L’Udaf de la Drôme est membre du collectif Mona Lisa (Mobilisation nationale contre l'isolement social des âgés) aux côtés des Petits Frères des Pauvres, de la fédération des ADMR, l'ADHAP aide à domicile, de France Bénévolat notamment.

Mona Lisa, avec le soutien des pouvoirs publics et des institutions, s’articule avec la mobilisation citoyenne, pour faire reculer l’isolement social. Dans le contexte actuel de crise sanitaire, le collectif est mobilisé et lance de mars à mai un recueil de témoignages et ressentis "Paroles confinées, paroles racontées". Les entretiens individuels sont à programmer sur le lieu de vie de préférence.
Les paroles recueillies auprès des plus de 60 ans seront retranscrites dans un ouvrage et relayées lors de lectures publiques à l'automne 2021.

Pour y participer, n'hésitez pas à appeler l'ADHAP au 04 75 41 87 93 - adhap26a@adhap.fr
N’hésitez pas à faire circuler l’information autour de vous.




Guide pour l’inclusion des malades d’Alzheimer

Le collectif « Alzheimer Ensemble, Construisons l’avenir » dont l’Unaf est membre a publié un guide pratique intitulé « Bâtir une société inclusive » et destiné à tous les acteurs de la vie quotidienne. L’objectif de ce guide est d’encourager à adapter les activités, les commerces, les transports… aux besoins des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de leurs aidants.

Ce guide est mis gratuitement à disposition.

Ce guide, auquel l’Unaf a contribué, fournit des conseils et des fiches pratiques utiles à l’élaboration d’un projet à visée inclusive envers les personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer et leurs aidants. Des exemples illustrent les différentes fiches pratiques, sur cinq domaines : les transports, les commerces, l’habitat, les activités sportives et les activités culturelles.

Pour en savoir plus sur le Collectif « Alzheimer Ensemble, Construisons l’avenir » cliquez ici.

Pour consulter le guide, cliquez ici.




Impact socio-économique du dispositif de Protection Juridique des Majeurs

L’Unaf, la Fnat (Fédération Nationale des Associations Tutélaires) et l’Unapei (Union Nationale des Associations de Parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis) ont publié en commun une étude sur l'impact socio-économique de la Protection Juridique des Majeurs (PJM).
Plus d'un milliard d'euros, c'est le montant des gains socio-économiques générés par les mandataires PJM.
Ce sont 800 000 majeurs qui sont protégés en France en raison de troubles psychiques, d'un handicap ou du grand âge.
Garants des droits fondamentaux et protecteurs des libertés des personnes protégées, le travail des mandataires judiciaires permettent de génèrer cet impact positif. Sans leur intervention, le nombre de sans-abris serait bien plus important, le nombre de personne sous le seuil de pauvreté également et la maltraitance financière serait en hausse.
Ces messages portés à l'attention des Ministres délégué à l'autonomie, de la santé et de la justice ont pour objet notamment de mieux reconnaître ces métiers et missions, incontournables sur le plan social et sociétal, et nécessaires dans l'accompagnement de situations qui se dégradent encore.
Plus de précision sur cette étude, en cliquant ici.



©2021    |    contact   |    mentions légales    |    plan du site